Institut Royal pour la Recherche sur l’Histoire du Maroc
  Présentation
  Missions
  Textes de référence
  Organisation
  Groupes de recherche
  Comités scientifiques
  Projets et réalisations
  Publications
  Projets
  Visites, rencontres et missions scientifiques
  Colloques et tables rondes
  Bulletins de l'Institut
  Liens utiles
  Bibliothèque
  Nouvelles acquisitions
  Chercheurs
  Partenaires
  Comptes rendus
  Commentaires
 
Accueil Nous contacter Demande d'informations Plan du site
Centre de ressources Colloques et tables rondes première Journée méthodologique (08 juillet 2006)

L’histoire du Maroc
Position et état des lieux


  Argumentaire 

  Questions à débattre

A travers ce projet d’élaboration de l’Histoire du Maroc, il s’agit, du fait même de la dynamique de recherche et des exigences de scientificité attachées à la discipline historique, de mobiliser une histoire dispersée en diverses publications focalisantes en vue d’assurer la compréhension globale, de la part d’un public éclairé mais très large, d’une réalité à la fois continue, rebondissante et complexe. Elaborer une histoire du Maroc en passant d’une approche érudite nécessairement éclatée (scientifiquement, géographiquement et linguistiquement), à une approche synthétique et méthodologiquement globale, tel sera notre objectif essentiel.
Afin d’atteindre cet objectif, des réponses sont à apporter à un certain nombre de questions préliminaires, lesquelles ont trait notamment à la nature du contenu, à la périodisation support, à la construction historique adéquate. De ce fait, il y a lieu d’éclairer successivement les questions suivantes :

  Quel type d’histoire choisir pour cette Histoire du Maroc ? 

Bien que le préambule, déjà communiqué, précise les contours de l’histoire visée, certains auteurs se sont interrogés sur le sens à donner au concept d’histoire citoyenne. L’association entre histoire scientifique et histoire citoyenne est-elle légitime ou antinomique ?
Par ailleurs, du fait que l’histoire visée soit une histoire totale (politique et économique, sociale et culturelle), les acquis de la recherche ne semblent pas pouvoir éclairer ces différents aspects avec la même intensité d’une époque à l’autre. Comment concilier cette réalité avec la nécessaire harmonisation de l’ouvrage 

  Quelle périodisation adopter pour l’Histoire du Maroc ? 

La réalisation de l’Histoire du Maroc offre aux historiens marocains l’occasion de rendre compte de leur apport en matière de périodisation. La configuration générale de l’ouvrage, telle qu’elle a été proposée, discutée et agréée par le comité scientifique, se démarque des périodisations cycliques et eurocentriques héritées des historiographies traditionnelle et coloniale. Cette configuration semble avoir l’assentiment de tous. Dès lors, la périodisation globale aura besoin d’être confortée par la périodisation au niveau des sous-périodes. Celle-ci devra-t-elle et pourra-elle être la même pour les différentes thèmes structurant l’étude ? Les rythmes de la durée n’étant pas les mêmes pour le politique, l’économique, le social et le culturel, quelles césures temporelles devrons-nous adopter ?
Par ailleurs, pour les années de rupture, des chevauchements sont apparus. Abordées dans un chapitre, ces années se retrouvent  dans un  autre qui le précède ou lui succède. Cela est-il susceptible d’enrichir notre approche ? Ne risque-t-il pas de susciter des redondances et même des dissonances ? Quelle démarche adopter sur cette question ? Les « ateliers couplés » nous offrent l’opportunité de cerner et de résoudre le problème

  Comment assurer le lecteur de la validité de l’Histoire du Maroc ? 

Une des questions posées consiste à savoir comment présenter une Histoire du Maroc qui soit valide tout en évitant les nombreuses citations et notes infrapaginales ?
Si les tableaux statistiques, les diagrammes, les cartes, les textes historiques et l’iconographie constituent incontestablement des éléments d’illustration et d’argumentation de nature à valider le discours que nous comptons tenir à propos de l’histoire du Maroc, il nous incombe de nous interroger sur la place que nous devons réserver raisonnablement à ces éléments. 
Pour ce qui est des  références bibliographiques, il a été convenu que chaque chapitre en proposerait une dizaine. On arriverait ainsi à une bibliographie raisonnable d’une centaine de références. Quels types de références convient-il de choisir pour le lecteur ? Seulement des ouvrages ? En quelles langues ? Ne convient-il pas de proposer des références adaptées à la version arabe, française, anglaise ou espagnole 

  Quelles démarches adopter pour s’assurer que l’Histoire du Maroc est adaptée au public cible ? 

Adressé à un public éclairé, l’ouvrage doit éviter un double écueil : un discours d’érudit et une attitude pédagogisante. Comment s’y prendre 

  Quelles démarches adopter pour s’assurer que l’Histoire du Maroc  est harmonisée au niveau de l’écriture ? 

La journée méthodologique n’est qu’une étape, mais une étape importante, dans le processus d’harmonisation des conceptions et des démarches d’une cinquantaine d’auteurs. La coordination générale de l’ouvrage, la coordination au niveau de chaque chapitre, les prochaines rencontres d’auteurs ont pour objectif d’harmoniser l’écriture de l’ouvrage sur la base d’un certain nombre de principes sur lesquels il nous faudra nous mettre d’accord. En matière de transcription, de notes infrapaginales, de lexique, de coordination entre auteurs et traducteurs, il nous incombe d’y réfléchir lors de cette journée méthodologique et de nous mettre d’accord sur la façon la meilleure de les traiter.

   Programme scientifique de la première journée

  1. Samedi 8 juillet 2006

9.00 – 9.30 :               Séance inaugurale
           
Allocution de Monsieur le Ministre des Habous et des Affaires Islamiques
Allocution de Monsieur le Directeur de l’IRRHM

9.30 – 9.45 :             Pause café

9.45 – 11.00 :           Séance plénière présidée par Monsieur le Pr.N. El - Aoufi                                                

-  Pr. Mohamed Kably : L’ouvrage synthétique, introduction méthodologique
-  Pr. Mustapha Hassani Idrissi : Présentation du document de la rencontre

12.30 :                       Ateliers élargis (première partie)

  1. Chapitres II et III (La préhistoire et l’histoire ancienne)
  2. Chapitres IV et V (L’histoire médiévale et le tournant du XIVème siècle
  3. Chapitres VI et VII (XVI – XVIII et XIXème siècle)
  4. Chapitres XIII et IX (Période du protectorat et du Maroc indépendant)

14.00 – 15.00 :              Ateliers élargis (Deuxième partie)

  1. Chapitres III et IV (L’histoire ancienne et l’histoire médiévale)
  2. Chapitres V et VII (Le tournant du XVème siècle et la période XVI – XVIIIème siècle)
  3. Chapitres VII et VIII (Le XIXème siècle et la période du protectorat)

15.00 – 17.00 :              Ateliers restreints (sectoriels)

  1. Chapitre II (La préhistoire)
  2. Chapitre III (L’histoire ancienne)
  3. Chapitre IV (L’histoire médiévale)
  4. Chapitre V (Le tournant du XVème siècle)
  5. Chapitre VI (La période du XVI – XVIIIème siècle)
  6. Chapitre VII (Le XIXème siècle)
  7. Chapitre VIII (La période du protectorat)
  8. Chapitre IX (Le Maroc indépendant)

17.00 - 17.30 :              Pause

17.30 – 18.30 :             Séance de clôture